Problématique

La présente recherche est consacrée à l’affaire «Corneille/Molière».

La question de la paternité des comédies publiées sous le pseudonyme de Molière a été posée au début du XXe siècle par le poète français Pierre Louÿs, grand connaisseur de la poésie du XVIIe siècle (Louÿs P., 1919). En étudiant les œuvres de Pierre Corneille (1606-1684), Pierre Louÿs a trouvé une grande similitude de ses vers avec ceux de Jean-Baptiste Poquelin (1622-1673) qui écrivait sous le pseudonyme de Molière.

Le théâtre de Molière comprend 33 ouvrages au total, en vers et en prose ; celui de Corneille en comprend 34.
Suite à l'analyse stylistique des œuvres des deux dramaturges, Pierre Louÿs a attribué les chefs-d'œuvre de Molière à Corneille, tels que Le Misanthrope, L'École des femmes, Tartuffe, ou encore Dom Juan.
À l’heure actuelle, la paternité des pièces de Molière est largement discutée en France et dans le monde entier.

L'hypothèse de l’appartenance des meilleurs poèmes de Molière à Corneille, dans les travaux de divers chercheurs, a été traditionnellement nommée « l'affaire Corneille-Molière ».

Une étude récente et dont les résultats confirment cette hypothèse est la recherche de Dominique Labbé basée sur l'analyse de la structure lexicale de la langue des écrivains [D. Labbé, 2003]. Toutefois, l'analyse uniquement du niveau lexical n’est pas suffisamment fiable pour pouvoir attribuer un texte, car c'est la structure lexicale de la langue qui est liée au sujet du récit et peut être imitée facilement. D'autres chercheurs ont proposés des hypothèses littéraires et biographiques variées soutenant l'un ou l'autre point de vue [Louÿs, 1919; Poulaille, 1957; Forestier, 2001]. À titre d’exemple, on a désigné comme auteur potentiel des pièces attribuées à Molière le dramaturge français Philippe Quinault [Wouters, 1990].

On est donc devant le fait que ce problème linguistique ne peut être résolu par des méthodes basées uniquement sur l'analyse philologique, ou par des méthodes de description quantitative lexicale de textes.

Notre étude est basée sur la méthode d'attribution des œuvres anonymes qui prévoit le recours à la classification multidimensionnelle ayant comme base la théorie de reconnaissance des formes.


Resource Links:
Chercheurs
Mikhail MARUSENKO, PR
Maria SLAUTINA
Elena RODIONOVA
Valentina CHEPIGA
Sergey KHOZYAINOV
Anastasia SINELEVA
Elena SHUVALOVA
Assya PETROVA
Panorama
Université d’Etat de Saint-Pétersbourg
©2009-2011 All copyright, trade marks, design rights, patents and other intellectual property rights (registered and unregistered) in and on corneille-moliere.com and all content located on the site shall remain vested in site authors. You may not copy, reproduce, republish, post, broadcast, transmit, make available to the public, or otherwise use.
©2009-2011 Generatum Ltd.