Historique de la question

Le théâtre moliéresque

Le théâtre du grand comédien français Molière (1622-1673) comprend trente-trois œuvres en vers et en prose. Sa première véritable comédie L’Étourdi ou Les Contretemps a été écrite en 1655. Les toutes premières pièces de Molière étaient de courtes farces à l’italienne dont le texte, pour la plupart d’entre elles, ne s’est pas conservé. Comme nombre de biographes de Molière le soulignent, la première étape de l’œuvre moliéresque cache plusieurs mystères parce qu’il existe très peu d’informations sur sa vie en province durant les décennies 1640-1660.

En 1658 Molière a suivi les conseils de ses amis et s’est installé à Rouen où il s’est assuré le soutien de quelques représentants de la noblesse, y compris du ministre des Finances, Nicolas Fouquet, qui résidait à Paris. Quelques mois plus tard L’Étourdi a été présenté avec succès devant le roi Louis XIV au théâtre du Petit-Bourbon à Paris. Molière et ses comédiens obtiennent le titre honorifique de « Troupe de Monsieur, frère du Roi », puis en 1665 celui, glorieux, de « Troupe du Roi au Palais-Royal ».  Durant ses quatorze années parisiennes Molière signera vingt-neuf pièces de théâtre dont il jouera les rôles principaux. Il mettait en scène et avait la main mise sur le théâtre du Palais-royal en tant que directeur.

Le théâtre moliéresque ne comprend que des comédies, à l’exception de la tragédie Psyché, écrite avec les dramaturges Pierre Corneille et Philippe Quinault, auteur du Prologue.

Une dizaine de pièces de Molière sont des chefs-d’œuvre. Quelques-uns sont en prose (Dom Juan, L’Avare, Le Malade imaginaire), comme le furent ses premières farces : La Jalousie du Barbouillé, Le Médecin volant, Les Précieuses ridicules. La comédie Amphitryon est l’un des premiers exemples d’utilisation de « vers libres ».

En tant que dramaturge de cour Molière était responsable de la création de divertissements pour les fêtes royales, que ce soit à Saint-Germain, à Chambord ou à Versailles. De 1665 à 1667 il a présenté une série de pièces qui sont considérées comme ses œuvres les plus faibles parce qu’elles ne présentent que des intrigues sommaires dans lesquelles s’insèrent les danses et la musique. Molière a écrit une partie de ses divertissements, pastorales et comédies-ballets, en prose, l’autre partie en vers. La comédie-ballet La Princesse d’Élide réunit vers et prose. Sur commande de Nicolas Fouquet, ministre des Finances, a été écrite en toute hâte la grande comédie en vers Les Fâcheux, entre les actes de laquelle se déploient de véritables ballets car le Roi préférait la danse et la musique au théâtre.

Du vivant de Molière personne n’a émis publiquement de doute sur la paternité de ses pièces. En revanche, Molière a toujours eu beaucoup d’ennemis, et de mauvaises rumeurs ont toujours couru sur son compte. Dès le début de sa carrière parisienne il fut accusé de plagiat : chaque nouvelle pièce de Molière provoquait de vifs débats sur l’origine des sujets et du caractère des personnages – étaient-ils empruntés à des pièces italiennes, espagnoles ou encore françaises ? Toutefois, au temps de Louis XIV, la question de la  paternité des œuvres de Molière ne se posait pas. 

 

Resource Links:
Chercheurs
Mikhail MARUSENKO, PR
Maria SLAUTINA
Elena RODIONOVA
Valentina CHEPIGA
Sergey KHOZYAINOV
Anastasia SINELEVA
Elena SHUVALOVA
Assya PETROVA
Panorama
Université d’Etat de Saint-Pétersbourg
©2009-2011 All copyright, trade marks, design rights, patents and other intellectual property rights (registered and unregistered) in and on corneille-moliere.com and all content located on the site shall remain vested in site authors. You may not copy, reproduce, republish, post, broadcast, transmit, make available to the public, or otherwise use.
©2009-2011 Generatum Ltd.